18 Homepage von Michael Engelbach-

 
  Maler
  Peintres
  Painters:
 
  Jacques Engelbach
  



jacen

Selbstporträt

Jacques Engelbach

mc5_kl

Familienchronik

Engelbach
1697
Georg Ludwig Engelbach Florence Engelbach Jacques Engelbach Claude Engelbach
Ludwig Lange Gustav Georg Lange Julius Lange
    0. Start

    1. Willkommen

    2. Spurensuche

    3. Bilder

    4. Who is who?


    5. Studium in Marburg

    6. Studium in Gießen

    7. Studium in Straßburg

    8. Studium in Jena

    9. Studium in Wittenberg

 10. Studium in Göttingen

 11. Studium in Heidelberg

 12. Studium in Erlangen

 13. Studium in Tübingen

 14. Studium in Paris

 15. Dissertationen

 16. Leichenpredigten

 17. 
Autoren

 18. Maler

 19. Engelbach im Elsaß

 
20. Biedenkopf

 21. Engelbach in Rußland

 22. Interessante Links

 23. Nützliche Tools

 24. Haftungsausschluß

 25. Fotoalbum

 50. Literaturverzeichnis

































Jacques Engelbach, * Le Havre 21. 7. 1892, + Paris 19. 4. 1960,
Maler und Buchillustrator.
"Jacques Engelbach naît au Havre. Au lycée de cette ville, il a pour condisciple Arthur Honegger. Avec d'autres amis ils se retrouvent dans l'équipe de football de la ville. Après la classe de philosophie, voulant être peintre, il s'inscrit à l'Académie de la Grande Chaumière à Paris où il  demeure jusqu'en 1922.
Marié il se fixe à Enghien-les-Bains, puis à Montmorency. Il participe à de nombreuses expositions collectives. S'il est fidèle au Salon d'automne notamment, il reste à l'écart des grands courants. Deux grandes expositions personnelles ont compté pour Jacques Engelbach: l'une à Strasbourg en juin 1938 et l'autre la même année à la Galerie Charpentier, rue du Faubourg Saint-Honoré. La guerre était proche qui changera le cours de son engagement artistique. En 1940, la dureté des temps l'oblige à se replier avec sa famille en Auvergne, et à abandonner en partie la peinture. Rentré à Paris en 1945, il y travaillera et vivra jusqu'à sa mort en 1960.

Homme de culture, lecteur intempérant, il suit la vie intellectuelle de son temps, dans la mouvance de la N.R.F. et du Vieux Colombier, Gide et Copeau. Ecclectique, il admire aussi bien l'oeuvre d'André Dunoyer de Segonzac que celles de Georges Braque ou Picasso.
Mais il reste un solitaire, un silencieux. Sensible à la lumière et aux mouvements du ciel, il aime la nature, les paysages, les horizons de la plaine et de la mer, la nostalgie des ports. Il est le témoin discret des grands départs. Attaché au rivage, il regarde partir Lord Jim et les derniers voiliers du siècle auquel il appartient encore.
Il est de ceux qui donnent à l'aquarelle sa noblesse. Ce sont en effet l'aquarelle, le dessin, la gravure qui rendent le mieux les qualités de finesse et de sensibilité que la critique lui reconnaît.
A la demande des éditeurs, il illustre avec des gravures sur bois de nombreux livres de la collection Ferenczi, dont "Les choses voient" et "Le Ferment" d'Edouard Estaunié.
Sa technique, son écriture, comme on dit aujourd'hui, qui a l'accent de la modernité, le choix des moyens, traduisent la fluidité et la transparence d'un ciel avec ce qu'apporte l'eau-forte d'ombre et de sombre accent pour exprimer une vision qui, pour n'être pas de simple bonheur, touche à la mélancholie, celle des multiples personnages qui peuplent de leur silence ses carnets. L'oeuvre est aujourd'hui dispersée."
(Claude Engelbach, septembre 1990)
 
lra lra
lf lf
lcv lcvpr
lcdr lcdr
li li
lvdm lvm




















































































































































(C) Mengelb@ch 11. 1. 2006 Diese Website wurde gestaltet mit der Software von Nvu (März 2006) web.de